DWMakeup

J’ai touché à mes premiers pinceaux à l’age de 18ans je crois. Je m’amusais à me grimmer le visage, jouer avec les ombres et les lumières, déformant mon visage, etc ... je pouvais jouer pendant des heures avec couleurs et pinceaux. je rêvais de beauté, de mode, strass et paillettes. Je décide alors de me lancer dans l’esthétisme en apprentissage où j’ai excellé pendant une année et me suis familiarisé avec l’onglerie et les soins de peaux.
Mes parents ayant déménagés en Guyane depuis quelques années, je décide de les rejoindre et de tenter une nouvelle aventure. j’y trouve un emploi dans une parapharmacie  où j’y découvre un univers basé sur le soins, la beauté et la santé. J’y ai beaucoup appris, et y ai fait plusieurs formations pour des marques de cosmétiques.
Je décide de quitter la Guyane pour voler pour Paris, nous sommes en 2003 , j’ai 22ans et je découvre la vie à la capitale. Je trouve rapidement un emploi de maquilleur conseiller beauté pour une marque de cosmétique. J’y trouve facilement ma place et y ai appris énormément sur le teint. La marque de renom T.LeClerc possédait une gamme de poudre libre et compact des plus vastes du marché et d’une qualité irréprochable. J’y ai évolué professionnellement en tant que vendeur dans les grand magasins parisiens et ai eu des expérience magistrales tels que des soirées galas dans la salle mythique de l’Olympia, des défilés haute couture pour la maison : On Aura Tout Vu. J’y ai forgé mon identité dans le monde maquillage. Je suis resté 3 ans à travailler pour cette marque que je porte hautement dans mon coeur.
Nous sommes en février 2006, j’ai quitté mon job et Paris pour Londres. Grâce à une belle rencontre, 3 jours après mon arrivé je trouve mon premier client en tant que maquilleur indépendant dans un studio de photo du centre de Londres. Les clients s’accumulent, Il s’en suit une collections de rencontres avec des créateurs de mode qui m’ont fait confiance en tant chef maquilleur de leur défilés lors des London Fashion Weeks, des shooting pour magazines, campagnes de publicité, tv et musique vidéos, show room pour les grandes maisons ...
Tout au long de ces années d’expériences j’ai développé un regard et une compréhension sur la beauté et le maquillage.
À mes début, je découvrais le maquillage en pensant qu’il fallait en mettre des tonnes pour avoir un résultat, au fur et a mesure que les années et les expériences ont passé je prends pleine conscience de l’importance de l’adage : “moins est plus”. souvent une légère touche de maquillage est nécéssaire afin de bien réussir une mise en beauté.
de nos jours beaucoup de femmes se maquillent non pas pour s’embellir mais plus pour se cacher derrière un masque afin de ressembler a ces icones qui font la une des magazines. Personnellement je trouve cela plutôt déplorable. Une femme peut être si jolie avec juste ce qu’il faut pour agrémenter ses traits naturels. Pas besoin de contouring, full make up tout les jours, la peau est un organe et a aussi besoin de respirer. Tout ces effets de modes alimenté par une société basée sur le consumérisme.